L’enseignement scolaire

Généralités

Dans tous les établissements pénitentiaires, l’Education Nationale assure un service d’enseignement à tous les niveaux de la scolarité. Elle prend en charge, dans la mesure du possible, toutes les personnes souhaitant faire une remise à niveau, se perfectionner en informatique, suivre des cours de sécurité routière, de langues, et assure le cas échéant, l’inscription aux cours par correspondance (CNED ou Auxilia).
Ses missions principales se déclinent sur 3 axes :
  • la prise en charge des mineurs
  • la lutte contre l’illettrisme
  • la validation des compétences
 
Une des salles de classe
 
L’organisation :
L’Unité Locale d’Enseignement de la Maison d’Arrêt de Strasbourg est présente dans les 3 quartiers : Hommes, Femmes et Mineurs. 5 enseignants spécialisés, une douzaine de professeurs vacataires,1 conseillère d’orientation en quart temps,1 professeur – documentaliste, 1 emploi vie scolaire, de nombreux bénévoles (souvent retraités) ainsi que les étudiants du GENEPI (Groupement National d’Enseignement aux personnes Incarcérées. Ce sont des étudiants bénévoles qui viennent pour l’animation d’ateliers (anglais et espagnol débutant, travail sur l’actualité) et pour assurer un tutorat pour les détenus investis dans des études supérieures ou en très grande difficulté d’apprentissage : une présence permet un encadrement tout au long de l’année scolaire et pendant certaines vacances intermédiaires.
Un surveillant est spécialement affecté à cette « zone scolaire »qui comprend au quartier des hommes 5 salles de classe, 1 salle informatique, 1 bibliothèque et les bureaux du personnel enseignant.

Une autre salle de classe
 
Le parcours du détenu :
Tout détenu est vu en entretien d’accueil à son arrivée, afin, en particulier de détecter les situations d’illettrisme. Les détenus dans cette situation font partie du public privilégié par l’Unité Locale d’Enseignement. Les autres détenus désirant suivre des cours doivent écrire à l’Unité Locale d’Enseignement. Ils sont alors convoqués pour des tests et un entretien avec un enseignant permettant de faire le point et affiner la demande.
 
Différents programmes sont proposés :
F.L.E. ( Français Langue Étrangère) : cours d’apprentissage du français pour les étrangers qui ne parlent pas le français. Cette formation est assurée par une formatrice de l’Organisme de Formation GIPFI (Gestion Initiatives Professionnelles et Formations Individualisées.
Lutte contre l’illettrisme : des cours de remise à niveau et préparation au CFG. C.F.G.(Certificat de Formation Générale) C’est une validation des acquis de base en mathématiques et en français.
Niveau CAP/BEP : les détenus inscrits passent les épreuves théoriques du CAP.
D.A.E.U. (Diplôme d’accès aux études universitaires), option littéraire. Cet examen de niveau « Baccalauréat » permet de suivre un cursus universitaire.
Parallèlement à ces cours de remise à niveau, l’Unité Locale d’Enseignement propose la validation du B2i Brevet Informatique et Internet et des sessions régulières 3 ou 4 fois par an de l’examen du Code de la Route.
Un classeur contenant les formations professionnalisantes de l’AFPA est également disponible et mis à jour tous les deux mois.

Une vue de la bibliothèque
 
Tous les détenus ont accès à la bibliothèque de prêt, à de la documentation d’orientation et de formation professionnelle, à leur demande.
Une salle informatique est ouverte aux détenus qui veulent suivre des cours d’initiation ou pour leurs propres loisirs dans la zone scolaire.
 

Le Statut spécifique des détenus mineurs :

Les mineurs de moins de 16 ans sont soumis à l’obligation scolaire. Les plus de 16 ans sont fortement incités : tous les mineurs sont scolarisés en fonction de leur scolarisation préalable, de leur niveau scolaire, de leur projet professionnel, de leur capacité à suivre un enseignement en groupe. L’emploi du temps de chaque mineur est individualisé.
Les jeunes peuvent ainsi préparer et valider le CFG, le CAP, le B2i, l’ASSR (Attestation de Sécurité Routière) et le PSC1 (Premier Secours1).
La santé, les addictions, l’univers des métiers et l’orientation professionnelle sont les thèmes récurrents soumis à la réflexion de ces jeunes mineurs incarcérés sur l’année scolaire. Les mineurs sont suivis par une enseignante référente, 2 enseignants à mi-temps se partagent les cours. Des professeurs vacataires interviennent régulièrement pour des disciplines spécifiques à la préparation du CAP et une initiation professionnelle (pâtisserie, mécanique ou dessin industriel).
Des retraités bénévoles enseignants ou autres (une dizaine) permettent de structurer l’offre de formation et de répondre de façon individualisée à chacun des mineurs, sous forme de tutorat, pour la durée de leur incarcération qui peut varier de quelques semaines à plusieurs mois. En particulier, 4 bénévoles de l’Association Lire et faire Lire participent à l’opération « 1000 mots » dont l’objectif est de lire un livre à deux (un mineur et un adulte) en l’expliquant au fil de la lecture.
 

Quartier des Femmes :

Une salle de classe équipée d’ordinateurs permet d’accueillir les femmes en demande de formation.
Un instituteur à ½ temps y intervient les après- midi. Il accueille toutes les femmes désirant suivre des cours : Français Langue Etrangère, Remise à niveau, Préparation d’examen, entre autre.
Un cours de bureautique a lieu une fois par semaine le matin et un cours «  Vie sociale et familiale » fonctionne 3 heures par semaine.
 

La bibliothèque :

Une bibliothèque est animée et gérée par un professeur documentaliste de l’Education Nationale, en lien avec du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation. Deux détenus classés y travaillent. L’accès est planifié à la semaine selon les différents secteurs et catégories de détenus.
On y trouve environ 7000 ouvrages (bandes dessinées, romans, documentaires et abonnements à diverses revues). Un coin orientation existe également qui permet de faire le lien avec la conseillère d’orientation en son absence.
La documentaliste gère également la bibliothèque situé au quartier mineurs à laquelle les détenus mineurs ont accès régulièrement dans la semaine.
 

Activités extraordinaires :

Le 15 mars 2010, une intervention du Mémorial d’Alsace Moselle a eu lieu en salle polyvalente, à la demande des enseignants et sur proposition de l’équipe d’encadrement du Mémorial. Ainsi, la personne chargée du service éducatif au sein du Mémorial est venue nous parler de cette institution, mais aussi et surtout, de la privation de liberté durant la 2de guerre mondiale, à travers le camp d’internement de Schirmeck. En parallèle, l’histoire particulière de la région Alsace a été présentée aux élèves de la zone scolaire : notre région a en effet connu de multiples changements de nationalités entre 1870 et 1945.
Le 19 mars 2010, une avocate est venue pour une mini conférence sur les baux commerciaux, à la demande de nombreux détenus, intéressés par la création d’entreprise.
Le 19 mai 2010, c’est Anne VANTAL, auteure de Peine maximale chez Actes Sud qui nous a honoré de sa présence, tant chez les mineurs que chez les majeurs, hommes et femmes. Un sujet sur la conversation qu’elle a pu tenir avec les femmes est actuellement en cours sur le canal vidéo interne de la maison d’arrêt de Strasbourg, Planète MAS.
Dans le cadre de la Semaine nationale de la Francophonie, certains élèves de la zone scolaire ont produit de très beaux textes autour des 10 mots retenus cette année. Ces textes seront imprimés sur des cartes que les détenus recevront lors de l’emprunt de livres à la bibliothèque, courant janvier 2011.
 
Fiche publiée le : 29 septembre 2014
Fiche modifiée : 3 octobre 2014
Catégorie : L'enseignement
Article affiché : 2895 Vues